•                              

                                         
                                                                Vents et pluie en 5 tanka       

    Le mistral secoue     
    les vieux pointus dans le port

    danses frénétiques
    des voiles et des chapeaux
    tête libre je m'oublie !

    Eclairs dans la nuit
    un bruit assourdissant roule
    au dessus des toits
    comme le rappel brutal
    d'orages à oublier

     

    Violence des vents  Vents et pluie en 5 tanka
    vagues d'écume écrasées  

    dans un grand fracas
    un pas plus un pas tenir
    sous une averse d'images

    Une pluie salée
    sur le ponton le vent fort   
    projette la vague
    la mer laisse sur mes lèvres
    un curieux goût d'amertume

     

    Ponctuées de gouttes
    des silhouettes au loin

    pluie sur les carreaux
    et dans mes pensées trop lasses
    d'écouter le grand silence

     

    SIDO 

      


    4 commentaires


  •                                                       Les faux-semblant d'une saison

    L''automne rougeoie   

    les feuilles des  cerisiers

    dans le verger nu

    j'oublie en les regardant

    les faux-semblant de saison

     

    Dés la fin septembre

    l'anarchie d'or et de roux

    séduit les  regards

    j'envie les derniers éclats

    de la nature épuisée

                                                       Les faux-semblant d'une saison

    il est bien d'écrire

    sur la beauté des feuillages

    novembre avancé

    mes yeux me disent pourtant

    les arbres tôt dénudés

     

    Faussement joueur

    le vent d'automne s'active

    sur l'arbre des feuilles

    au départ forcé résistent

    ne peux tu les imiter ?

                                                     Les faux-semblant d'une saison

    Fleurs fruits disparus

    puis cette explosion de teintes

    brouillent mes pensées

    ombres d'un proche déclin

    couleurs vives de l'absent

     

     

     

    SIDO

     

     

     

     


    4 commentaires
  •  

    Chemins de l'automne
    retrouvés méconnaissables

    des ans les défaites
    masquées sous l'or et le roux
    de la feuille s'éloignant

    Débauche de roux
    dernières flammes d'octobre

    sur l'étroit sentier
    danse folle de mes pas
    vers où ? pourquoi ce frisson 

     

    Sous mes pieds traînants
    le tapis roux taché d'or

    s'effeuille - me vient
    comme une envie de partir
    toute en couleur et sans bruit

     

     

    SIDO

     


    3 commentaires
  •  

    Branches desséchées
    dans les allées sous mes pas
     aujourd'hui des feuilles 
    mourant dans l'indifférence -
     demain  poussière oubliée

    Arrachés du tronc
    des lambeaux d'eucalyptus
    sur la terre sèche 
    ils ont encore un parfum -
    mais les mots que j'ai semés ?

    sous la canicule
    s'est enfuie l'eau du bassin
    et mon aujourd'hui
    même plus un seul reflet
    de ce qui vécut hier

     

    Pas le moindre souffle
    le seuil létal semble atteint
    dans la chêneraie
    abasourdie de silence
     je ramasse  quelques rêves 

     

    au ciel l' incendie
    cramant le moindre recoin
    d une brève averse
    resteront gouttes roulant
    dans les sillons d'un visage

     

    Canicule ; suite de tanka

     

    SIDO

     

     

     

     


    4 commentaires
  • Il s'en est allé, paisible, dans le paradis blanc

     

     

     

    En peintre je peux
    calmer  les eaux tourmentées
    faire de la lune
    un soleil éblouissant
    pour toi je suis sans pouvoir

     

    sans répit le vent
    tempête dans mes oreilles
    en saccades sourdes
    ce qui n'a plus rien du chant
    roule bruyant dans ta gorge

     

    La pluie tout le jour
    dehors le printemps sourit
    aux arbres en fleurs
    des gouttes sur mon visage
    ton regard fixant le mien

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    des fragments d'étoiles
    sertis dans ce ciel nocturne
    immobiliser
    la lumière avec ce souffle
    en cet instant apaisé

     

    A nouveau le vent
    des poussières soulevées
    me piquent les yeux
    celles dispersées sur l'eau
    me reviennent sur le coeur

     

    pour ne pas pleurer
    pour ne pas crier écrire
    au réel des signes
    garder en noir sur la page
    ce tout de toi en allé

     

     

    SIDO


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique