•  

     

    Des arbres, tanka

     

    Flamboiement de feuilles
    les platanes sur le sol
    laissent signature
    au vent capricieux d'automne
     des bribes de notre histoire

    D'années en années
    le chêne tutoie le ciel
     la brise le soir
    incline à peine ses feuilles
    disperse nombre des miennes

     

    L'amateur hésite
    devant son arbre - faut-il
    sacrifier des branches ?
    taillant au hasard le temps
    n'est pas meilleur jardinier !

     

    La saison venue
    Le chêne écimé s'étoffe
    d'un feuillage dense
    dans la réserve les branches
    et mes rêves d'écrivain

     

    L'arbre vieillissant
    ses bois agrippés au ciel
    défient les saisons
    résisteront ils au temps
    ces mots dont je fais racines

     

     Des arbres, tanka
     

    SIDO

     


    4 commentaires


  • Ici ou là-bas ?
    les mêmes murs blancs ou gris
    font rêver d'évasion

     

     

    Souffle de l'hiver -
    sur la feuille du carnet 
    recueillir l'idée  

     

     

    Averse brutale
    sur le papier le pinceau
    confond ciel et eau

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    Le Haïsha : une image sollicite l'idée mais sans être décrite
      

    SIDO 


    2 commentaires
  •  

    Petite suite pour fin d'année

     

    Sourires des chênes

    en ce dernier de l'année

    silence du vent

    guetter désespérément

    d'un oiseau quelque frisson

     

    Soudain les nuages

    écriture en demi teinte

    de leur poésie

    dans le mystère des mots

    se finira cette année

    Un dernier sursaut

    la nuit envahit le jour

    bousculée de rires

    ailleurs - dans l'intimité

    l'apaisement du silence

    Frisson d'oiseau pour fin d'année



    SIDO  31/12/2017


    2 commentaires
  • Ambiance feutrée -
    sur la boule de cristal
    un doigt posé

     

     La fenêtre s'ouvre
    sur une nuit d'automne
    éclairage roux -

     

     

     Rêve ou somnolence -
    s'ouvrent se ferment les pages
    du livre de la nuit

     

     

    Soirs de lune en Haïsha

     

    SIDO

     


    2 commentaires
  •  Page après page

     

                                                  

    l' hiver en été
    nos saisons perdent le nord
    entre pluie soleil
    mon humeur curieusement
    joue la fièvre printanière


    bleu vif lumineux
    du carnet de  rendez-vous 
    la page s'écrit
    aura - t- elle même teinte
    quand s'en iront les cigales

                                                 

    soleil dans la mer
    les flots ondulent embrasés
    sous un rouge ardent
    ô vivre encore et encore     Page après page
    la volupté de l'instant

    en douceur s'éteignent
    les vagues avec le jour
    l'écume assombrie
    entre nos doigts disparaît
    aussi quelques grains de sable


    des bancs désertés
    humides sous les embruns
    cette fin d'été
    le vent froid sur nos visages
    lance des gouttes piquantes

    rafales puissantes
    un coup sec au claquement
    brutal d'une porte           Page après page
    faisant frémir sur la table
    les vieilles lettres d'amour               

                                                   

    Au seuil de l'hiver
    des restes d'ocre et de roux
    sur le chemin pris
    je ne sais comment décrire
    de mes pas la danse folle

     

     

     

    SIDO
    30/12/2016
     

     


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires