• Cinqku
    un légal

    jeu d'écriture
    transgression poétique
    des formes

    Des formes
    sur fond noir
    d'une encre claire
    grains à faire germer
    en  mots
                           

    Cinqku, poésie brève de saison



    Repos
    d'une averse

    je vais traquer
    avec un objectif
    mes gouttes 

     

    Ciel bleu
    et mistral

    bien à son aise
    avec une imprudente
    en jupes                    
      


    Tumulte
    de l'automne
    le vent déplume
    le platane et aussi
    ma tête

    SIDO

    (Le Cinqku forme inventée par un  poète féru, entre autres,  de poésie japonaise, Garisson ; contraction de Haïku et tanka, dans le même esprit, en 17 syllabes réparties 2/3/4/6/2 ou 2/6/4/3/2)


    3 commentaires
  •                              

                                         
                                                                Vents et pluie en 5 tanka       

    Le mistral secoue     
    les vieux pointus dans le port

    danses frénétiques
    des voiles et des chapeaux
    tête libre je m'oublie !

    Eclairs dans la nuit
    un bruit assourdissant roule
    au dessus des toits
    comme le rappel brutal
    d'orages à oublier

     

    Violence des vents  Vents et pluie en 5 tanka
    vagues d'écume écrasées  

    dans un grand fracas
    un pas plus un pas tenir
    sous une averse d'images

    Une pluie salée
    sur le ponton le vent fort   
    projette la vague
    la mer laisse sur mes lèvres
    un curieux goût d'amertume

     

    Ponctuées de gouttes
    des silhouettes au loin

    pluie sur les carreaux
    et dans mes pensées trop lasses
    d'écouter le grand silence

     

    SIDO 

      


    3 commentaires


  •                                                       Les faux-semblant d'une saison

    L''automne rougeoie   

    les feuilles des  cerisiers

    dans le verger nu

    j'oublie en les regardant

    les faux-semblant de saison

     

    Dés la fin septembre

    l'anarchie d'or et de roux

    séduit les  regards

    j'envie les derniers éclats

    de la nature épuisée

                                                       Les faux-semblant d'une saison

    il est bien d'écrire

    sur la beauté des feuillages

    novembre avancé

    mes yeux me disent pourtant

    les arbres tôt dénudés

     

    Faussement joueur

    le vent d'automne s'active

    sur l'arbre des feuilles

    au départ forcé résistent

    ne peux tu les imiter ?

                                                     Les faux-semblant d'une saison

    Fleurs fruits disparus

    puis cette explosion de teintes

    brouillent mes pensées

    ombres d'un proche déclin

    couleurs vives de l'absent

     

     

     

    SIDO

     

     

     

     


    3 commentaires
  •  

    Chemins de l'automne
    retrouvés méconnaissables

    des ans les défaites
    masquées sous l'or et le roux
    de la feuille s'éloignant

    Débauche de roux
    dernières flammes d'octobre

    sur l'étroit sentier
    danse folle de mes pas
    vers où ? pourquoi ce frisson 

     

    Sous mes pieds traînants
    le tapis roux taché d'or

    s'effeuille - me vient
    comme une envie de partir
    toute en couleur et sans bruit

     

     

    SIDO

     


    3 commentaires
  •  

    Tristesse d'un matin , engourdi de mauvais sommeil  ;  un grand, généreux soleil pourtant illumine la chambre ;

     rideaux grand tirés
    un flot de rayons s'invite
    sur les murs blanchis
    la lumière je la vois
    au souvenir de  tes yeux

    La  musique présente dès le réveil occupe l'espace,  pourtant  le silence, pesant, m'étreint d'un sentiment d'inutilité dans cette maison vide, si vide !

      Je suis le vieil arbre
    dont le tronc se creuse de rides
    branches craquelées
    mon feuillage se disperse
    au souffle des solitudes

     Des choses passées, des beaux moments vécus, le parfum s'est presque évanoui.  Pourtant des émotions troublantes tremblent encore parfois quelque part au plus profond de la mémoire

     Séville le temps
    se fige place d'Espagne
    au son d'Aranzuez
    notre enchantement hier
    l'étreinte au coeur aujourd'hui

     Un air nostalgique accroche l'oreille, traverse parfois la pièce, distrait les pensées :  l' accent souligné d'un souvenir ! Que faire  qui  ne soit vain pour oublier l'insipide, pour brûler les heures, tout en voulant les retenir  ?

     De l'or au violine
    à peine quelques minutes
    d'une fin de jour
    à peine quelques minutes
    pour embellir le silence

    S'accrocher à sa plume, habiller les mots de  lumière en croyant qu'ils pourront vaincre  les maléfices de l'obscur ? Au moins un temps, un court instant.

    au soleil naissant
    quelques grains prêts à germer
    des mots enfouis
    retrouvent une encre ancienne
    aux couleurs d'un bleu acier

    Les laisser en flot déversoir laver, récurer tout ce qui s'accumule de gris, de noir, avec eux décoquiller l'écorce des jours

    voyager en blanc
    un soir à l'étal des eaux
    sentir la caresse
    des feuillages sous la brise
    après l'ondée de  printemps

     et retrouver le goût des pulpes cachées ! 

     

    SIDO
                                                                                        07/2016

     

     

     


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires